Lac du Der / Du b-a-ba à la photo animalière

Publié le mercredi 03 août 2011 par le journal L'UNION - L'ARDENNAIS

Comment s'initier à la photographie et progresser. Gros plan sur la photo nature avec

Pascal Bourguignon

 

http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/lac-du-der-du-b-a-ba-a-la-photo-animaliere

 

Lac du Der / Du b-a-ba à la photo animalière

 

 

 

 
Pascal Bourguignon, photographe professionnel enseigne aux novices comme aux initiés.

Pascal Bourguignon, photographe professionnel enseigne aux novices comme aux initiés.

Comment s'initier à la photographie et progresser. Gros plan sur la photo nature avec Pascal Bourguignon.

DES débutants aux photographes confirmés, ce sont des personnes de tout milieu social qui s'inscrivent aux stages de formation de Déclic Editions, animés par Pascal Bourguignon. « Ce sont des photographes à partir de 30 ans. Deux tiers sont des hommes. Il y a pas mal de retraités, ils ont plus de temps », déclare le professionnel.
Pour débuter, il enseigne lors d'un stage de deux jours, une date par mois, le b-a-ba du métier. « Je leur apprends les bases : comment utiliser un reflex, la prise de vue, la lumière : comment on règle la vitesse, la sensibilité… et la notion de cadrage », précise-t-il. Le traitement informatique n'est pas omis, les élèves terminent en faisant un grand format. « Pour bien prendre un paysage, il faut savoir gérer le 1er, le 2e et l'arrière-plan, on utilise un grand-angle. Pour le portrait on préférera un petit téléobjectif, le but étant de régler la grandeur du diaphragme pour faire se détacher sur un fond flou, le personnage. Je limite ce stage à 5 personnes », détaille M. Bourguignon, très pédagogue.


Grand angle au lac


L'apprentissage du grand-angle, pour immortaliser les paysages, se déroule au lac. « Tous les gens font des photos de paysages. Il faut attendre la bonne lumière pour faire quelque chose d'original, comme tôt le matin, tard le soir ou lors d'un orage. Il faut être patient, cela peut demander des jours, des mois », s'épanche Pascal Bouguignon. Le tout est aussi de maîtriser les techniques pour « les oublier » en photographiant.
La Cornée du Der, typique pour ses arbres aux grosses racines, permet de faire des images graphiques. Ce coin est prisé par le photographe. Trois à quatre stages de deux jours à l'année sont programmés. Entre 50 à 100 personnes adhèrent à ce module. Les erreurs à ne pas faire pour un beau résultat : le flou bougé, il vaut mieux regarder deux fois dans le viseur avant d'appuyer sur le déclencheur. Deuxième problème : la surexposition.
Pour faire de la photo animalière qui est l'étape suivante, une fois que l'on maîtrise la prise de vue des paysages, « il suffit d'un kit de base à 1.000-1.500 euros. Ce n'est pas parce que l'on aura du matériel à 10.000 euros que l'on fera des meilleures photos ! », met en garde M. Bourguignon.


Les autres formations


Pour ceux qui aiment les sensations fortes, un stage de photos aériennes a lieu tout au long de l'année. Le matériel le plus adapté est le reflex standard avec téléobjectif de 200 millimètres mais même un compact peut convenir.
La formule du stage en Ecosse pour les clichés d'oiseaux et phoques attire beaucoup de photographes, tout comme le stage du traitement numérique et informatique de la photothèque en hiver. A découvrir en février, le nouveau stage au Sénégal pour des photos animalières, les oiseaux en focus. A venir un projet avec l'Islande.
www.decliceditions.com Tél : 03 26 41 08 24. 1, rue du Lavoir à Outines. Stage de deux jours initiation et perfectionnement paysage : 260 euros.

Le réflexe du cli-clac

Natif de Saint-Dizier, Pascal Bourguignon se met à photographier les oiseaux, vers l’âge de 15 ans. C’est parti. La photo devient non seulement un loisir mais aussi un objectif dans la vie. Après le bac, il s’inscrit dans une école à Paris, pour apprendre le métier. Il travaille ensuite dix ans chez des photographes. En 1992, il se met à son compte. Il tiendra pendant 17 ans un magasin à Brienne-Le-Château. Il commence la photo aérienne, son brevet de paramoteur en poche.
Avec l’arrivée du numérique et la vente sur internet, les affaires sont difficiles. Il crée avec un ami le festival de photo de Montier-en-Der. Puis en 2006, il fonde Déclic Editions, poursuivant le travail d’éditions de livres illustrés (L’aube vue du ciel ou Pays du Der). De plus, il propose de monter des expositions grand format pour d’autres photographes. Il enseigne aussi la photo par le biais de stages en France et à l’étranger parallèlement à son activité de labo photo. Son appareil photo : un Canon EOS.