François Denis est un passionné d'ULM et de photos. Il a concilié les deux lors d'un périple qui l'a mené jusqu'à la province de Foggia en Italie.

PRENDRE de l'altitude pour voir la vie sous un autre angle, voilà ce à quoi nous invite François Denis, photographe passionné de vol en ULM (ultra léger motorisé) ou ULMiste passionné de photo, c'est au choix.
Instructeur bénévole et président du club ULM Sommer passion à Douzy, François Denis conjugue ses deux passions depuis un bon moment déjà. Titulaire du brevet de pilote depuis 1987, il a eu le temps de participer notamment à l'ouvrage « Les Ardennes vues du ciel », dont un deuxième tome est sorti récemment avec des nouvelles images bien entendu.
Mais c'est pour son plaisir personnel qu'il s'est lancé dans l'aventure. Un périple qui l'a mené jusqu'au niveau de Naples en Italie, il y a quelques semaines de cela.
Au départ de Douzy, il a d'abord regagné Lyon où il a retrouvé d'autres ULM. Puis les Alpes ont été survolées, puis Turin, avec un petit détour vers Venise, puis Foggia, Florence, Naples…
Au départ, le voyage qui a duré une dizaine de jours prévoyait d'aller jusqu'en Sicile, mais des soucis au sol avec le véhicule d'assistance ont écourté le voyage.
Dame nature a accordé au « photovoltigeur » une météo favorable dans un premier avant de l'obliger à tempérer ses ardeurs du côté des Alpes. D'aéro-club en aéro-club, la solidarité a joué à fond à chaque étape.
Beaux endroits beaux moments
« Je ne suis jamais lassé. Je suis toujours animé par la passion du vol et de la photo », réplique François Denis quand on lui demande ce qui le motive encore après toutes ces heures de vol.
L'appareil photo - un Canon 5D muni d'un objectif 24-70 qui ouvre à 2,8 - en bandoulière, par des températures négatives, jusqu'à 500 mètres d'altitude, il réfléchit chaque prise de vue. « Je voulais vraiment passer par le massif du Mont-Blanc et le parc des Écrins, mais les conditions n'étaient pas toujours optimales. De plus, il faut veiller à bien respecter les règles de circulation aériennes », souligne l'instructeur, qui parle déjà de revoler dans ce coin-là pour parvenir à ses fins.
Si son plaisir personnel rythme ses sorties, François n'est pas du genre à garder tout pour lui. Ses magnifiques photos ont tapé dans l'œil du rédacteur en chef d'Alpes magazine. Différentes des vues prises d'avion ou d'hélicoptère et bien sûr différentes de celles prises au sol, les photos de François Denis apportent un nouveau regard sur les paysages.
Il n'est donc pas improbable de voir ses épreuves publiées d'ici peu, comme ça a déjà été le cas à deux reprises. « Ce serait une reconnaissance », glisse le pilote, toujours à la recherche de l'esthétisme. « La belle photo, c'est celle prise au bon endroit, au bon moment. Une belle photo aérienne doit apporter une nouvelle perspective, un nouveau point de vue ».
Emmanuel DÉFENTE


Les photos sont visibles sur le site Picasa : picasaweb.google.com/francoisdenis08