La vie secrète des hôtes de nos forêts

Un renard en plein « mulotage », prêt à plonger sur sa proie.

Un livre dédié  à la beauté de la forêt sedanaise et de  ses hôtes familiers.

 
Un renard en plein « mulotage », prêt à plonger sur sa proie.

Un renard en plein « mulotage », prêt à plonger sur sa proie.

SEDAN (Ardennes). « Rencontres nature en Ardennes » magnifie les hôtes de nos bois capturés sans arme ni violence par le patient Stanislas Beauvière.

Un renard en plein « mulotage », prêt à plonger sur sa proie.

Une laie veillant sur sa portée  de jeunes marcassins.

 

DEUX renardeaux, noyés dans la verdure, fixent un point invisible. Même attitude, même regard hypnotisé par quelque oiseau ou papillon : magie de la photo qui transporte le lecteur au cœur de la vie sauvage. « Rencontre nature en Ardennes » que Stanislas Beauvière publie aux éditions Noires Terres (*), est une ode aux hôtes de nos forêts et à la beauté de la nature ardennaise, magnifiée par le talent du photographe et le choix d'une présentation pleine page. Renards, chevreuils, sangliers, biches et cerfs majestueux, oiseaux, et même le très méfiant chat sauvage, y sont photographiés au plus près, manifestement peu troublés par la présence d'un témoin discret et attentif. Pas moins de 120 photos couleur qui donnent l'impression d'une balade privilégiée à travers leur monde, leur forêt, celle qui se tait et se referme au premier signe d'une présence humaine. Ces images ont pour l'essentiel été prises ces trois dernières années dans un périmètre de 15 km seulement autour de Sedan et Givonne, village natal de l'auteur. Elles font partie des milliers de photographies accumulées depuis trente ans par le pharmacien sedanais. « J'avais 10-12 ans quand mon père m'a acheté un appareil pour photographier les papillons et les oiseaux qui venaient se nourrir aux mangeoires » raconte Stan qui entre son grand-père, l'assureur Charles Halleux, chasseur et lieutenant de louveterie, et des parents passionnés de naturalisme, ne pouvait échapper à l'appel de la forêt sedanaise. Sa thèse de fin d'études de pharmacie, il a choisi de la consacrer aux parasites du gibier : l'occasion d'arpenter deux autres massifs, vers Signy et La Cassine. Plusieurs de ses photos ornent son officine place de la Halle. Il y a une dizaine d'années, le grand public avait pu découvrir un large florilège de ses images lors d'une première exposition à la médiathèque municipale. Une rencontre avec Jean-Marie Lecomte, photographe, cofondateur du Mai de la Photo de Reims du festival Urbi & Orbi, et créateur des éditions Noires Terres, a jeté les bases de l'album.
Concile de cerfs
Convaincus que le département possède d'authentiques trésors, souvent méconnus, ces deux passionnés de photo et d'Ardenne révèlent la nature telle que les animaux la vivent. Chaque chapitre est d'ailleurs introduit par un court texte, accompagné de l'empreinte dessinée de l'animal, comme si l'intéressé l'avait lu et approuvé ! Il précède une série de portraits déclinés au gré des lumières, du temps et des saisons. Avec des images toujours belles, et parfois étonnantes. Comme par exemple celle d'un « concile » de cerfs en plein brame, de renards occupés à « muloter » ou à chahuter sur une botte de foin, d'une laie veillant sur ses bébés, de chats sauvages à l'affût dans une prairie… Des photos cadeaux pour le lecteur et pour le photographe, récompensé de sa patience après des heures d'affût avant l'aube ou à la tombée de la nuit (lire par ailleurs) : « il m'est arrivé aussi de ranger les gaules juste au moment où les animaux arrivent. Mais il faut des ratés et des bredouilles, sinon ce n'est pas drôle ! » Et d'ajouter : « De toute façon, la plus belle photo est forcément celle qui reste à venir ! » Stanislas Beauvière n'est donc pas près de ranger son appareil d'autant que maintenant sa fille Capucine 12 ans a contracté le même virus, comme le démontrent ses deux photos d'oiseaux à découvrir au fil des dernières pages. Le photographe sedanais dit éprouver une vraie détente lors de ces balades en forêt « au point que je me demande si la photo est le but ou le prétexte ! » Un bonheur à présent partagé par le lecteur qui ne peut être que fasciné par une vie qui n'appartient pas qu'aux hommes. Dominique BERTHÉAS * Stanislas Beauvière dédicacera son livre samedi 15 décembre de 10 à 12 heures à la librairie Lenoir et dimanche 16 décembre à partir de 14 heures, à la librairie Rimbaud à Charleville-Mézières. Rencontres nature en Ardenne, chez Noires Terres, 111 pages, 20 euros.