Pauline Caplet se dévoile


 
Pauline Caplet est une jeune femme passionnée par la photo. A seulement 19 ans, elle en a déjà fait son métier et continue, en parallèle, à organiser des expositions.

Pauline Caplet est une jeune femme passionnée par la photo. A seulement 19 ans, elle en a déjà fait son métier et continue, en parallèle, à organiser des expositions.


GIVET (Ardennes). La jeune photographe originaire de Fumay exposera dès demain (et jusqu'au 4 février) seize portraits saisis sur le vif lors d'un voyage « bouleversant », effectué au Népal en février dernier.

Pauline Caplet est une jeune femme passionnée par la photo. A seulement 19 ans, elle en a déjà fait son métier et continue, en parallèle, à organiser des expositions.

C'EST bien connu : la valeur n'attend pas toujours le poids des années. Et la jeune Fumacienne Pauline Caplet en est la preuve vivante, elle qui à seulement dix-neuf ans, exerce déjà le métier de photographe professionnel.
Le fruit d'une passion née en 2006, alors qu'elle n'était encore qu'une adolescente. « Je m'y suis mise tout bêtement, après avoir passé un après-midi à prendre des photos d'une copine », se souvient-elle.
Depuis, le virus ne l'a pas lâchée et tout s'est très vite enchaîné : avec une première expo dès l'âge de 15 ans, un CAP décroché à Cambrai en 2010, et la sortie d'un livre* dans la foulée.
Avant, donc, le grand saut : à savoir, la création de sa propre auto-entreprise. Un challenge qui la conduit aujourd'hui à travailler des deux côtés de la frontière, au gré des demandes (mariages, books…). « Et ça me plaît, car je fais vraiment ce que j'aime », assure-t-elle.
D'autant qu'en parallèle, la graine d'artiste continue à exposer, comme ce sera encore le cas à partir de demain au cinéma Le Manège.
Le public pourra y admirer une sélection de clichés réalisés en février dernier, lors d'un voyage au Népal effectué aux côtés de Delphine Heck (plus connue dans la vallée sous le nom d'Anita le clown). « Elle y est allée donner des spectacles et distribuer du matériel scolaire, détaille Pauline. Et moi, je l'ai suivie à sa demande, afin de faire des photos. »

Pauline Caplet est une jeune femme passionnée par la photo. A seulement 19 ans, elle en a déjà fait son métier et continue, en parallèle, à organiser des expositions.

Face à Brad Pitt

Dépaysement garanti. « Car là-bas, en Asie, j'ai découvert des paysages magnifiques et une culture vraiment très différente de la nôtre. »
Au passage, la jeune femme en a également profité pour « mitrailler » à tout va et réaliser des centaines de portraits. Autant de souvenirs qui resteront longtemps gravés dans sa mémoire : « Surtout qu'à mes yeux, un regard ou un sourire d'Homme, ça vaut tout l'or du monde, indique-t-elle. Au Népal, j'ai ainsi fait de nombreuses rencontres qui ont bouleversé ma vie, et je sais désormais que mon existence sera faite de voyages. »
Au final, le séjour a été plutôt court (10 jours, trajets compris), ce qui n'a toutefois pas empêché Pauline de ramener plus de 3 000 clichés dans sa valise.
A l'arrivée, seulement seize d'entre eux seront présentés au Manège ce mois-ci. Alors évidemment, la sélection a été rude ! Mais cela fait partie intégrante du métier de ce petit brin de femme, qui a déjà collaboré avec ELLE magazine ; travaillé sur un shoot du chanteur Pete Doherty ; et aussi couvert le Festival de Cannes.
Ce qui lui a notamment permis de découvrir les « joies » de la profession. Et en particulier l'attente, qui dure parfois des heures ; les bousculades ; et surtout l'adrénaline, « quand on a que quelques secondes pour photographier Brad Pitt, qui ne fait que passer, confie-t-elle. Mais tout cela, ça me passionne vraiment… »
Avec l'expo présentée en janvier à Givet - qui fait suite à celles organisées à Haybes, Charleville et Reims - l'année 2013 commence en tout cas sur les chapeaux de roue pour la photographe fumacienne. Et ce n'est qu'un début : un autre accrochage étant d'ores et déjà prévu au printemps à Bruxelles. Pourvu que ça dure !